FONDATION BRETZ-HERITIER

Savièse - Valais - Suisse

   Route de la Chervignine 48 CH-1965 Savièse Tél. +41 (0)27 395 19 35 email : fondation@bretzheritier.ch

 

                     Monogramme de Marguerite Burnat-Provins (1872-1952)


A l’occasion du deuxième Salon d’art Saint-Germain des Peintres (SGDP),

la Fondation Bretz-Héritier propose la réédition en un seul ouvrage de

Le Chant du Verdier (1906)

et Sous les Noyers (1907) écrits par Marguerite Burnat-Provins

lors de ses séjours estivaux à Savièse.


Ouvrage collectif de la Fondation Bretz-Héritier

Préface : Céline Eidenbenz, directrice du Musée d’art, Sion

4e de couverture : Christophe Flubacher, directeur scientifique

    de la Fondation Pierre Arnaud, Lens


288 pages, format A5, 40 photographies noir/blanc

Dessins noir/blanc

Bandeaux et culs-de-lampe tirés de Chansons rustiques (1905)


Avec les commentaires

des deux œuvres par


    Anne-Gabrielle Bretz-Héritier

    Nicola-V. Bretz

    Françoise Carruzzo

    Suzanne Crettex

    Benoît Dubuis

    Fabienne Luyet

    Anne Murray-Robertson-Bovard

    Bertrand Posse

    Charly et Sabine Rey Carron

    Rose Marie Roten Dumoulin

    Catherine Seylaz-Dubuis

    Michel Siggen


Graphisme de la couverture

Johanne Roten


Plus d’infos sur Marguerite

Burnat-Provins sur le site

de l’Association suisse

des Amis de MBP

Un clic ici !

MARGUERITE BURNAT-PROVINS À SAVIÈSE

Ouvrage paru le 19 août 2016

Nous contacter…
mailto:fondation@bretzheritier.ch?subject=Contact

Découvrez notre page Facebook !

Page publique - pas nécessaire de s’inscire sur Facebook pour visualiser notre page…

Quatre pages tirées de l’édition de 1922, Le Chant du Verdier

Commander ce livre MBP à Savièse par courriel.

Prix 20.– CHF

Port et emballage en sus

Découvrez notre bande-annonce

pour le lancement de notre nouveau livre !

I noué é i ouemache (la noix et l’escargot)

Publié le 26 juin 2016 par JP

(à ma voisine Anne-Gabrielle, sa magnifique photo,

son bout de terre saviésanne et son patois)


Combien de temps aura-t’il fallu dans ce jardin d’Eden

Combien de feuilles mortes et de peintres anonymes

Dans ce cimetière pastel où se perd la chaise

pour cette rencontre fortuite et suspendue

entre l’escargot qui monte à la lenteur du temps

et la noix qui tombe avec le poids de l’instant…

Le temps de ta patience cumulée

à transformer le caractère rugueux de tes ancêtres en caractères typographiques

Fourmi travailleuse et garante de mémoire

Dans ce jardin d’Eden où ma plume se repose…


Merci à mon voisin Jacques pour ces lignes

écrites après reçu ma photo ci-contre…

D’autres chroniques à découvrir sur le blog

https://plumevirtuelle.wordpress.com/